Marre de ce vent !

J’ai un grand terrain (2700m² à peu près) sur lequel depuis quelques années, j’essaie de faire un potager (environ 500m²) afin d’avoir des légumes et des fruits du jardin.

J’ai l’espace, la terre est bonne, je paille, je fertilise naturellement, mais voilà, j’ai un ennemi de taille: le vent.

Et oui, mon terrain n’a une haie que sur seul coté, coté sud. Hors vivant sur la cote atlantique, les vents dominant sont (normalement) souvent à l’ouest. Et de ce coté là, pas de haie, pas de protection du vent. Malgré les nombreux tuteur, une année à vent est une véritable catastrophe. Le vent assèche la terre, le vent fait souffrir la plante qui essaie de pousser.

Alors depuis l’automne 2013, je constitue ma haie. N’ayant pas l’argent pour acheter des pousses différentes, nous avons opté pour 2 solutions différentes que nous combinons.

En premier lieu les boutures (en référence à l’article sur le sujet) de laurier par exemple, mais aussi de lilas et au final, de tout ce qui passe. Soit ça marche et tant mieux, soit ça ne marche pas. Mais ça ne coûte pas grand chose, à part le sable que nous achetons (le sable que l’on trouve dans les magasins de bricolage) pour l’instant. Le sécateur en main, il suffit de couper une branche jeune de ce qui vous intéresse, et hop en terre.

Bouture de tout et rien Bouture de laurier

Vous pouvez voir ici, sur 2 photos, en bas à gauche de la première, de boutures de tout et rien (tout ce qui passait à portée en fait) et sur la seconde photo, les boutures de laurier.

Nous avons ainsi une petite dizaine de plant d’espèces différentes que sont en cours de plantation en ce moment tout autour du terrain.

La seconde solution, ce sont les plants issus de la haie existantes. Une haie existante produit naturellement d’autres plants de manière très régulière, d’une année sur l’autre. Donc le printemps et l’été dernier, plutôt que de tondre le tout, j’ai marqué tous les plants que je pouvais transplanter. Depuis l’automne 2013, je prélève régulièrement des plants marqués, et je les replante de l’autre coté du terrain pour constitué ma haie.

Haie existante 1 Haie existante 2

Des photos de la haie existante sur le coté sud du terrain. au pied de cette haie, les plants sont marqués et déplacés au fur et à mesure.

J’oubliais un autre facteur, la patience. Ma méthode est certes d’une économie (financièrement parlant s’entend) indéniable, mais le facteur temps doit faire son œuvre. Et oui, mes plants sont jeunes, petits. Eux aussi vont souffrir du vent. Alors eux aussi ont un tuteur, chaque plant, pour les aider à résister au vent qu’ils m’aideront à casser lorsqu’ils auront la taille nécessaire.

Alors je fais aussi d’autre essai, avec les boutures de lavande, lavandin et romarin, afin de constituer une haie plus proche, qui elle aussi cassera le vent. Une haie principal, plus une haie plus proche du potager. En complément, avec des maïs et des tournesols, je vais constituer ma haie d’été, à l’intérieur du potager.

Haie extérieure et intérieure Arbres fruitiers et haie extérieure

Le première photo montre sur la gauche, les boutures et les plants lavandin et romarin qui constitueront la haie intérieure, la haie potager en quelque sorte, ensuite une rangée d’arbres fruitiers (plus visible sur la seconde photo) et la haie extérieure. Ceci est le fond du jardin, orienté Ouest, vent dominant. Constituant la haie extérieur, nous avons des framboisiers, des groseilliers, des mûriers, mais aussi différents plants de la haie existantes, avec de l’armoise sauvage. Nous avons aussi tenté l’implantation de bambous…

Tournesols et Maïs 1 Tournesols et Maïs 2

Voilà comment on peut essayer de combattre le vent si gênant pour un potager. Nous verrons bien si tout ça fonctionne correctement le printemps et l’été prochains. Je mettrais des photos du tout, ça devrait être coloré…

Ah oui, pourquoi faire ceci maintenant ? Simplement parce qu’en hiver, la plante forme son réseau de racines, elle ne cherche pas à faire des feuilles. Donc en effectuant la transplantation maintenant, elle va former de nouvelles racines pour vivre, et le printemps prochain je devrais avoir de belles feuilles, voire de belles branchettes supplémentaires. Elles vont s’installer en somme. Question eau, pas de problème en ce moment avec ce qui tombe de manière régulière, ni trop, ni pas assez….

Bonne plantation…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s