Pourquoi nous les aimons nos fraises ?

Nous partageons volontiers sur nos fraises ces derniers temps et il y a une bonne raison à cela. Il s’agit de l’historique de cette production.

Nous sommes partis, il y a quelques années (en Avril 2011) de quelques pieds, achetés dans une jardinerie, 6 pieds de Charlotte exactement.

Nous avons ensuite installé ces 6 pieds dans une mini-serre afin de les protéger des assauts ravageurs des limaces et escargots en tout genre qui se plaisent sur notre terrain:

Plants de fraises sous la mini-serre

Plants de fraises sous la mini-serre

La saison se passe sans heurt et nous enlevons la mini-serre après avoir mangé (savouré) nos quelques fraises (pas plus d’une dizaine). Les stolons cherchent où implanter la nouvelle génération de pieds, et nous les laissons faire. Pour 1 stolons, nous pouvons avoir 2 pieds en moyenne, sachant que chaque plant de fraise envoie plusieurs stolons (les notre 3 en moyenne).

Avec un calcul simple et rapide, nous voici à 6*3*2 = 36 pieds. Comme la nature ne joue pas aux maths, disons que nous avons 25 pieds supplémentaires en plus des 6 déjà présents, donc 31 pieds.

La petite butte que nous avions prévu est donc, dès la fin de la première saison, complètement envahie de pied de fraises.

Vue du dessus, avec déjà des stolons... (Nous sommes en Avril 2011)

Vue du dessus, avec déjà des stolons… (Nous sommes en Avril 2011)

2 Mois plus tard (Mi Juin 2011), les stolons ont déjà commencé à courir, nous avons enlevé la mini-serre, la fin de saison n’est pas encore là:

Mi Juin, la surface occupée par les fraises est déjà plus importante.

Mi Juin, la surface occupée par les fraises est déjà plus importante.

Les stolons ont continué à se développer, à créer de nouveaux pieds.

En début d’année suivante, le jardin potager à changer d’aspect avec l’apparition de buttes plus conséquentes, et sur l’une d’elles, nous avons transféré des pieds de fraises, issus des stolons de l’année précédente. Voici l’espace occupé par les fraises et ensuite la butte aux fraises:

Au centre les fraises, et juste derrière la butte aux fraises.

Au centre les fraises, et juste derrière la butte aux fraises.

La butte aux fraises avant paillage.

La butte aux fraises avant paillage.

Comme quoi les maths et la nature ça fait 2, nous avons ici une butte qui contient environ un vingtaine de pieds de fraises et vu l’espace encore occupé au sol, mes calculs sont faux. Je ne peux avoir raisonnablement 20 pieds sur la butte et seulement une dizaine au sol.

Nous allons donc revoir nos calculs en disant ceci:

– 1 pied de fraises = 4 stolons,

– 1 stolons = 3 à 4 pieds nouveaux,

nous avons donc la fourchette suivante: 6 pieds de départs avec 4 stolons chacun et entre 3 à 4 pieds nouveaux: entre 6*4*3 = 72 pieds et 6*4*4 = 96 pieds.

donc au final, en gros entre 80 et 100 pieds, ce qui correspond sans doute plus à la réalité.

En transférant donc mes 20 pieds, il m’en reste donc entre 60 et 80 au sol d’origine.

En Avril, l’illustration de mon propos:

Il doit bien y avoir entre 60 et 80 pieds je crois...

Il doit bien y avoir entre 60 et 80 pieds je crois…

Les fleurs sont là, les fruits suivront:

Les fleurs sur la parcelle d'origine

Les fleurs sur la parcelle d’origine

DSCF3939

et sur la butte aux fraises.

Mars 2013, l’étalement s’est poursuivi et voilà le résultat en début de saison:

La parcelle d'origine

La parcelle d’origine

La butte aux fraises

La butte aux fraises

Et en Avril 2013, ça donne à peu près ça:

La parcelle d'origine + une tranchée + une parcelle supplémentaire

La parcelle d’origine + une tranchée + une parcelle supplémentaire

La butte aux fraises d'origine

La butte aux fraises d’origine

Une seconde butte aux fraises

Une seconde butte aux fraises

Et la dernière butte, juste sur les bords...

Et la dernière butte, juste sur les bords…

En moyenne, chaque transfert permet de déplacer entre 20 et 30 pieds, certaines fois plus. Calcul rapide, depuis l’origine, 3 buttes maintenant, donc transfert d’environ 60 (peut-être 90 pieds). Et tout ça à partir de « 6 pieds » d’origine. Entre temps, les stolons ont continué leur travail de multiplication, même si nous avons limité le phénomène.

La saison passe, nous voici l’année suivante, en Mars 2014 et nous avons les mêmes espaces qui ont encore évolué:

Vue d'ensemble espace d'origine + butte aux fraises d'origine

Vue d’ensemble espace d’origine + butte aux fraises d’origine

3ème butte

2ème butte

Dernière butte

Dernière butte

La saison 2015 marque plusieurs changements, celle de la plantation de nombreux arbres fruitiers, et à leurs pieds, des pieds de fraises, donc de nouveaux transferts ont été effectués.

Je ne sais pas combien de pieds nous possédons, je sais que depuis le 24 Mai, nous comptabilisons les récoltes, et qu’hier, nous étions à 36.5kg de fraises.

Nous avons aussi les framboises qui arrivent, les jaunes, les rouges, les sumo et autres variétés, j’ai goûté les premières groseilles.

Alors la suite, c’est quoi me direz-vous ?

Et bien, ce sont 6 pieds de Ciflorette et 6 pieds de Surprise des Halles sur de nouvelles buttes, et on recommence, pour avoir de nouvelles variétés, et ensuite nous aurons à l’automne des Mount Everest, des Maras des bois et des Mara blanca. Et nous appliquerons le même principe cette fois encore. Nous aimons la diversité, nous espérons qu’elle nous le rendra.

Les surprises des halles...

Les surprises des halles…

DSCF8267

et les ciflorettes.

et les ciflorettes.

DSCF8269

Les buttes ressemble à ça désormais:

Plus sauvage non ?

Plus sauvage non ?

 

Alors, pourquoi aimons-nous nos fraises ?

Parce qu’elles nous ont permis de tenter un pari, et aujourd’hui de commencer à le gagner. Elles nous ont ouvert une voie que nous suivons désormais pour énormément d’autres plantes et plants. Et parce qu’aujourd’hui, nous commençons à croire que nous pouvons faire quelque chose et pourquoi pas un jour en vivre, même si nous savons qu’il nous faut certainement fois laisser le temps au temps.

Nous laissons de plus en plus la nature faire, même si nous aidons un peu au départ, et ensuite, si c’est viable, et bien ça démarre.

Nous aimons nos fraises parce qu’elle nous aiment en retour quelque part.

Voilà une partie de l’histoire de notre champ à travers ces fraises, ces 6 pieds de fraises, qui aujourd’hui, générations après générations, nous ont donné sur 15 jours environ 35kg de nourriture.

Bonnes fraises…

Publicités

Une réflexion sur “Pourquoi nous les aimons nos fraises ?

  1. Pingback: Nouvelles installations avant la fin d’année | 1969 : Génération perdue ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s